Interview - 1 an après le rachat de SeleKtimmo.com - SeleKtimmo


Interview – 1 an après le rachat de SeleKtimmo.com

Par SeleKtimmo


Recherche internationale sur selektimmo

1 an après le rachat de SeleKtimmo.com par Sarouty.ma, l’heure est au bilan. Ismael Belkhayat déclare: “nous avons gardé un contact régulier avec l’ancienne directrice générale de Selektimmo, Emmanuelle Boleau. […] Elle est contente de voir que Selektimmo continue l’aventure…”

1 an après le rachat de Selektimmo, le Directeur Général de Sarouty.ma Ismael Belkhayat, lève le voile sur l’essentiel en distinguant ce qui lie et différencie les deux portails de l’immobilier.

 

  • Sarouty a racheté Selektimmo en juin 2016. Quel est le bilan après un an d’activité sous la houlette de Sarouty.ma?

Tout d’abord, il faut souligner que la fusion-acquisition de Selektimmo s’est très bien passée. L’intégration des équipes de Selektimmo dans leur nouveau groupe PropertyFinder au Maroc a été réussie puisqu’il n’y a pas eu de doublon et que les postes de l’ancienne équipe sont maintenus au jour d’aujourd’hui. Nous sommes fiers d’avoir réussi à véhiculer les valeurs de Sarouty.ma vers Selektimmo, tout en bénéficiant de tous les points positifs de ce dernier.

Toujours dans le cadre du bilan, sachez qu’en termes de gestion de clientèle, nous arrivons à maintenir le même niveau de satisfaction pour les clients de Selektimmo. Cela est dû bien évidemment à la continuité du service d’un côté, mais aussi au fait de bénéficier de certains nouveaux avantages de Sarouty.ma.

Déjà, il faut noter que Selektimmo a fait peau neuve en changeant de charte graphique pour son site web. Cela s’est traduit par un niveau de satisfaction et de fidélisation plus élevé, preuve à l’appui. Avant, les internautes naviguaient sur les pages de www.seleKtimmo.com quelques 4 minutes par visite, alors qu’actuellement, la durée de visite est passée à plus de 7 minutes. Cela se traduit aussi sur les pages consultées, leur nombre par visite est passé de 7 à 10 pages.

 

  • Quel est le business model de Selektimmo?

Le business model de Selektimmo est similaire à celui de Sarouty. Il consiste à vendre des abonnements mensuels aux agences et aux promoteurs immobiliers.

 

  • Avez-vous gardé contact avec l’ex-management de Selektimmo? Quelle est leur appréciation de l’évolution du portail?

Evidemment, nous avons gardé un contact régulier avec l’ancienne directrice générale de Selektimmo, Emmanuelle Boleau. Elle demande régulièrement des nouvelles de son petit bébé. Elle est également contente de voir que Selektimmo continue l’aventure, que la marque est toujours vivante, que le portail s’est amélioré sur le plan graphique et visuel après son lifting et qu’il continue à grandir.

 

  • Pourquoi ne communique-t-on toujours pas sur les montants d’acquisition et les investissements de Sarouty.ma et Selektimmo?

On ne communique pas sur les chiffres pour une raison très simple: on ne souhaite pas divulguer d’informations précieuses à nos concurrents. Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous ne regrettons en rien notre investissement dans SeleKtimmo; et comptons le rentabiliser dans un avenir proche.

 

  • Objectivement, lequel des deux portails Sarouty ou Selektimmo génère-t-il le plus de prospects qualifiés pour ses clients ?

Il est sûr que Sarouty attire beaucoup plus de trafic de visiteurs que Selektimmo. Environ 40 fois plus. Ce qui est normal car Sarouty.ma s’adresse à l’ensemble de la population Marocaine, alors que SeleKtimmo.com, comme son nom l’indique, ne vise que certaines catégories socio-professionnelles. Cependant, cela ne veut absolument pas dire que l’un marche mieux que l’autre, chacun répond à sa façon au besoin de ses clients.   

La distinction entre Sarouty.ma et Selektimmo se fait principalement par la population que vise chacun des portails. Sarouty.ma veut toucher l’ensemble de la population marocaine à travers tout type d’annonces immobilières. Selektimmo pour sa part, est plus sélectif.

  • Vous dites vouloir développer deux marques distinctes mais complémentaires. Cependant, quelles sont les ressemblances et les différences dans le mode de travail et dans les approches commerciales de chacun de ces deux portails?

Là encore, c’est la même distinction entre masse et luxe. La vision de Sarouty.ma est de couvrir l’ensemble du territoire marocain grâce à ses équipes de distribution qui visent tous les promoteurs et agences immobilières, des plus grands au plus petits. Pour Selektimmo, on privilégie une approche au cas par cas en fonction des besoins des grands promoteurs et agents immobiliers uniquement.

 

  • Comment le public et les clients ressentent-ils ces différences?

Le nombre d’annonces sur Sarouty.ma est six fois plus important que celui de Selektimmo.com. On trouve des annonces pour toutes les bourses sur Sarouty.ma alors que les biens de SeleKtimmo.com sont relativement plus luxueux.

 

  • Combien enregistrez-vous de visites par jour sur SeleKtimmo.com?

Les chiffres font état de plus de 50.000 visites uniques par mois sur Selektimmo. Le Maroc s’accapare la part du lion avec plus de 40.000 visiteurs par mois, suivi par l’Hexagone avec 6.000 visiteurs, ensuite le reste de l’Europe avec 3.000 et enfin les le reste du monde avec quelques 1500 visiteurs mensuels.

 

  • Combien comptez-vous de clients payants pour SeleKtimmo.com au terme du 1er semestre 2017?

Sur Sarouty.ma, on est déjà à 600 clients payants, nous avons donc triplé ce nombre en moins de six mois, notamment grâce aux différentes campagnes publicitaires et à l’excellent travail de notre équipe commerciale. Maintenant sur Selektimmo, on compte beaucoup moins de clients, près d’une centaine, en raison d’un univers de clients potentiels beaucoup moins important que celui de Sarouty.ma

 

  • Quels genres de conventions et de partenariats envisagez-vous pour Selektimmo?

Pour Selektimmo, on voudrait continuer à nouer des partenariats avec des agences et des promoteurs de luxe pour garder ce côté raffinement. Je rappelle qu’au moment de l’acquisition de ce portail, le public pensait que notre objectif était d’éliminer un concurrent sur le marché. En réalité, un an plus tard, les deux marques continuent à grandir, au bonheur leurs clients respectifs.